A la rencontre d’André Bérenger – Trail du Maquis

0
1313

Au cœur des courses qui rythment nos saisons, certains personnages nous sont désormais devenus coutumiers voire incontournables. Organisateurs, photographes, speakers… des visages bien connus, tous animés par leur passion commune de la course, que nous prenons toujours plaisir à retrouver.

Aussi à Midirun, une fois n’est pas coutume, nous avons eu envie de partir à la découverte de ces personnages qui gravitent autour des courses pédestres en Ariège.

L’organisateur interviewé : André BERENGER – Trail du Maquis … à toi !

546908_131746590309872_1008570061_n

*          Ta course, 100% trail et authentique, est toujours fortement plébiscitée et appréciée, quelles en sont d’après toi les raisons ?

« Ma » course n’est pas mieux qu’un autre trail. C’est le trail en règle général qui est apprécié. Les raisons sont essentiellement une recherche d’authenticité, de plaisir simple d’une course à pied (une paire de pompes suffit), un retour aux sources chez Dame Nature. Dans notre cerveau, la partie limbique plus exactement, résiste l’ancien chasseur qui traquait le gibier pendant des kilomètres et ce pour une question de survie…

*          Présente-nous la manifestation sportive en quelques lignes ?

Le Trail du Maquis est peut être le seul Trail à thème historique. Riche en évènements chargé d’histoire de la Résistance, notre vallée du Douctouyre méritait bien une spéciale dédicace aux Résistants Français et Guérilleros Espagnols. Le Trail du Maquis emprunte des chemins que prenaient les Maquisards pour mener à bien leurs missions. Aujourd’hui, quelques spots historiques sont bien connus des coureurs comme Thuriège ou Cénant… Hélas, certains propriétaires ont refusé dernièrement de nous accorder le droit de passage ne serait-ce que pour une matinée, alors ces lieux bénis par l’Histoire, disparaissent du paysage du Trail du Maquis.

*          Pourquoi t’être lancé dans l’organisation ? 

Moi même je pratique le Trail. (En aparté, je suis fièr de mon tableau de chasse avec le 40 des Citadelles et le marathon du Montcalm…). A force de cavaler dans les environs, et de voir à quel point cette discipline sportive était appréciée, en temps que Président d’une association sportive (l’ASDouctouyre), j’ai présenté le projet Trail et Marche du Maquis à mon équipe et le projet est devenu réalité il y a aujourd’hui 5 ans…

*          Quel est le noyau dur de l’organisation ?

En temps qu’organisateur, je peux écrire que chacun à son importance dans la vie du Trail du Maquis. Mais ce qui est sûr, c’est que le Président à un rôle essentiel pour motiver les troupes et fédérer les énergies…

*          Combien y a t il de bénévoles le jour de la course ?

Une soixantaine !!!

*          Ici mettre en valeur le territoire est essentiel, de même que le respect de l’environnement.   Pourquoi et quelles sont les actions mises en place dans ce but ?

Comme écrit plus haut, le Trail du Maquis est une reconnaissance envers les hommes et femmes qui se sont battus, et certains y ont laissé leur vie, pour redonner une liberté au peuple français. Le Trail du Maquis, c’est l’Histoire de la Vallée du Douctouyre pendant les années sombres de la Deuxième Guerre Mondiale. Le Trail du Maquis, c’est aussi le samedi après midi, veille de la course, dédié au Devoir de Mémoire. Chaque année, un thème différent. En 2016 ce sera « Les Brigades Internationales ».

Plus « terre à terre », pour valoriser le territoire, nous ne travaillons qu’avec des entreprises locales. Par exemple, les lots pour les différents gagnants, sont composés de produits d’artisans locaux. Le cadeau de bienvenu (pour tous participants) est confectionné par la potière d’Engraviès. La matière première pour les grillades que nous proposons en fin de manifestation est achetée aux éleveurs de pas loin…

Nous sommes aussi une manifestation éco responsable. Pas de moteur thermique pour les reconnaissance, balisage et débalisage. Les panneaux de signalisation sont réutilisables. Nous péchons dans la rubalise, mais, connaissant les coureurs, si nous squeezons le bandeau rouge et blanc pour le remplacer par de la bombe fluo (biodégradable), il va y avoir du monde perdu dans les collines !

*          Quelles sont les plus grandes difficultés rencontrées dans l’organisation d’un tel évènement ?

Ma plus grande difficulté est d’avoir les permissions d’accès chez les propriétaires. D’un refus d’un propriétaire découle une chaîne d’emmerdements : repenser à un parcours, relever les numéros de parcelles, rechercher les proprios en compagnie de la secrétaire de Mairie (très sympathique par ailleurs !) et envoyer une nouvelle autorisation aux nouveaux propriétaires concernés par ce changement de tracé. Et ça jusqu’à ce que tout soit stabilisé !…

*          Ta plus grande satisfaction en tant qu’organisateur ? Ta plus grosse déception ?

Chaque édition passée est une satisfaction. L’égo est titillé quand on voit le sourire des participants. Les petits mots de remerciements, dans la semaine qui suit la course, nous font vite oublier les tracas de l’organisation.

Mes plus grandes déceptions sont de ne pas pouvoir profiter pleinement des coins magiques que nous offre notre vallée et de voir diminuer comme peau de chagrin les symboles qui font qu’encore aujourd’hui, le Trail du Maquis s’appelle Trail du Maquis.

*          Ta pire frayeur ? Ton meilleur souvenir ?

Ma pire frayeur a été le jour de la première édition, quand une enfilade de coureurs s’est perdue dans les collines… Quand on a la tête dans le guidon, on ne pense pas forcement que celui qu’on suit ne sait pas où il va… Tous sont rentrés au bercail !

Un bon souvenir, qui fait chaud au coeur, a été le coup de main de deux coureurs qui ont participé la veille à une course sur Toulouse, mais qui ont tenu à venir au Trail du Maquis. Merci à Nahuel et à Grégoire…

*          Ton rêve en tant qu’organisateur ?

Avoir carte blanche dans le choix du parcours !!!

*          Quand tu n’organise pas, comment occupes-tu ton temps ? Pratiques-tu une activité sportive ?

J’adore le VTT, c’est à peu près le même thème sportif que le trail. Ça parle nature, effort et découverte.

*          Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui aimeraient courir ton épreuve ?

Le mois de février et un mois froid et humide. Il faut s’attendre, le jour de la course à de la boue voire de la neige. Le temps de course est alors rallongé et les efforts décuplés. Se méfier donc des conditions météorologiques… De plus, le profil, dans notre coin est plutôt « casse pattes » (successions de coups de nez et de descentes) alors un minimum d’entraînement est requis !

*          Ce que tu voudrais que les gens retiennent du Trail du Maquis ?

La date de l’année prochaine !

Merci pour tes réponses, ton enthousiasme et bonne organisation en 2016 !

Crédit photo : André Bérenger.

Voir le site du Trail du Maquis : ICI

d0x5m-Affiche_TM2016